Logo du CNRS Logo de l'UMR CEAN Afrique et télécommunications


Le projet Africa'nti Problématique Résultats de recherche L'actualité du projet Les liens

Page d'accueilRechercher sur ce site
Nous envoyer un message

Bamako 2000 : Notes sur le discours de Mme Aminata Traoré

Avril 2000
Parmi les exposés en séance plénière celui de Mme Aminata Traore ex ministre de la culture du Mali, a tranché par son caractère réaliste (voire pessimiste) qui se réfère à la théorie de la dépendance.

Le seul combat politique qui mérite d'être mené dit-elle, est économique et se déroule contre l'Afrique étant donné la dépendance des pays. Les NTIC et Internet permettront-ils de desserrer l'étau ? (référence à son ouvrage; "L'étau, L'Afrique dans un monde sans frontière"). L'Afrique est confrontée à deux phénomènes, les NTIC et la création d'une société civile, une double révolution à la fois technique et socio-politique et il ne faudrait pas se tromper encore une fois d'histoire de développement. Tout reste à faire. Comment exploiter les TIC ? Ce ne sont que des supports et se pose le problème de l'endogénéité des contenus et donc de la finalité du développement. L'Afrique est un cimetière d'engins de toutes sortes, on se laisse dicter des réformes qui ne correspondent en rien aux populations. Elle n'a pas envie de parler d'acteurs locaux car cette société civile reste embryonnaire et fragmentée faute de vision . La question de fond est de savoir à quelles fins utiliser les NTIC, pour quel progrès social ? Elle invite à une relecture de l'aventure ambigŁe et se demande si Internet outil fascinant, ne va pas reproduire les écueils de l'école, qui a contribué à brouiller les repères. La télévision a fait du chemin mais pour quel résultat, une aliénation culturelle plutôt que pour construire des capacités de décision autonomes. La technologie n'est pas neutre mais au service de la globalisation ; "Les dés sont jetés, la popularisation de ces outils aggrave la dépendance" . L'interactivité ne peut exister que s'il y a des espaces de dialogue et de créativité pour entrer en contact avec la citoyenneté mondiale. Il faut savoir, qui offre ? Qui accepte ? Qui décide ? pour quels contenus et quel projet de société ?
Dire que l'échec du développement est du à la mauvaise gestion attribuée à la classe politique est une lecture biaisée, il n'est pas local mais lié à un système monde, or quelle sera la capacité africaine à l'interpeller ? Internet doit ouvrir sur le reste du monde, permettre une alliance entre les sociétés civiles pour comprendre les enjeux, s'imprégner de la nature des débats qui expriment les mêmes préoccupations par rapport à un ordre du monde catastrophique.
 

Annie Chéneau-Loquay

[autres brèves]

revenir en haut de la page

Responsable du projet :
Annie Chéneau-Loquay
Directrice de recherche CNRS
CEAN (UMR CNRS-IEP)
Maison des Suds
12 Esplanade des Antilles
F- 33607 PESSAC CEDEX
a.cheneau-loquay@sciencespobordeaux.fr

Responsable du site web :
Raphaël Ntambue
CEAN (UMR CNRS-IEP)
Maison des Suds
12 Esplanade des Antilles
F- 33607 PESSAC CEDEX

tntambue@ulb.ac.be

copyright et autres informations légales.